MENU
itfres

Des élèves de seconde du Collège Mariste de Valencia réussissent à envoyer un ballon d’hélio à la stratosphère

4 juillet, 2016 • Actualités

TV

« Maristas Space Balloon », c’est le nom du projet scientifique sur lequel ont travaillé les élèves de Seconde tout au long de cette année. Leur principal but était de lancer un ballon d’hélio qui puisse atteindre une hauteur proche des 30 km, plus de trois fois celle des vols commerciaux.

Ce ballon est attaché à une cage-sonde qui contient, entre autres dispositifs, une caméra qui enregistrera tout le vol du ballon. Elle pourra montrer des images de la stratosphère d’où on pourra apprécier la courbure de la Terre et sa limite avec l’espace. À cause de la diminution de la pression à cette hauteur, le ballon augmente de volume jusqu’à ce qu’il ne puisse plus supporter la tension, et il explose. À cet instant, la sonde commence à tomber et, lorsque l’atmosphère est assez dense, s’ouvre alors un parachute qui freine sa descente jusqu’au moment où tout le combiné arrive à terre. Nous pouvons alors récupérer la sonde grâce à un dispositif GPS dont elle est équipée et qui nous fournit sa position.

C’était sans doute un projet passionnant et complexe en même temps. Les élèves ont dû travailler et étudier différents domaines scientifiques : physique de l’atmosphère, localisation par GPS, rôle des capteurs avec microprocesseurs, etc. Toutes ces connaissances ont été mises en pratique pour dessiner la « cage-sonde », faire des simulations, calculer la possible trajectoire du ballon… De plus, on a ajouté à la cage-sonde un « minion » déguisé en saint Marcellin Champagnat, qui en serait le témoin pendant tout le vol.

Le lancement du ballon, réalisé à Utiel, fut un moment très émouvant pour tous les élèves et les professeurs qui étaient présents, parce qu’ils voyaient que tout leur travail se matérialisait en quelque chose de réel. Le lancement fut un succès, mais il restait encore la partie la plus difficile et qui générait plus d’incertitudes chez toutes les personnes qui avaient participé au projet : la récupération de la cage-sonde.

La prédiction calculée pour la trajectoire du ballon n’était pas erronée et, deux heures après le lancement, nous avons commencé à recevoir les messages du GPS et nous avons pu récupérer la cage sans trop de difficultés. La joie fut énorme et l’objectif était réalisé, car nous avons pu vérifier que le ballon avait atteint pas moins que 30 235 m. Mais la joie fut plus grande encore lorsque nous avons vu les images enregistrées par la caméra et que nous avons vérifié qu’elles étaient encore plus spectaculaires que ce qu’on n’aurait jamais pu imaginer.

 

C’était sans doute une expérience d’une haute valeur éducative, durant laquelle les élèves ont passé de bons moments, ont augmenté leurs connaissances et qu’ils ne risquent pas d’oublier.

« »